Numéros d'identification :
MNC 86.5.13

Désignation :
Monnaie kanak

  Cliquer pour agrandir
Création :
Lieu de création : commune de Houaïlou (Waawilù), Aire coutumière Ajié Aro, Nouvelle-Calédonie
 
Collecte :
Date de collecte exacte inconnue, antérieure au premier quart du 20ème siècle
 
Matière et technique :
Bois sculpté, fibres végétales tressées, poils de roussette tressés (Pteropus sp.), coquillages indéterminés
 
Mesures :
Longueur 15cm
Largeur 4 cm
Epaisseur 2.5cm
 
Fonctionnement et contexte :
La monnaie est toute entière une image des ancêtres. Elle a une "tête" qui peut être sculptée ou tressée, et un "pied" constitué d'une touffe de poils de roussette. Le chapelet de perles est sa "colonne vertébrale" ou « corps ». La monnaie est généralement enveloppée d’un étui traditionnellement fait de tapa et de poils de roussette tressés. Certaines monnaies sont également protégées dans des étuis rigides en bois sculpté.
Ni équivalent universel, ni moyen de circulation, ni même unité de compte, la monnaie de perles kanak est, selon l'heureuse expression de Maurice Leenhardt, un « sceau ». Sa valeur se manifeste dans la marque éminente qu'elle imprime aux échanges cérémoniels et aux diverses relations sociales que ces derniers sanctionnent : non seulement naissance, rites de l'enfance et de la puberté, mariage, funérailles mais aussi jadis alliances guerrières, prix du sang versé, compensations réparatoires pour les fautes commises, etc. La monnaie est à la fois l'incarnation et la mesure de la loi qui régit les rapports entre les hommes, et entre ceux-ci et le cosmos.
 
Description analytique :
Tête de monnaie kanake dont le corps et le pied sont manquants, représentant un personnage masculin au visage de bois sculpté. Le corps est constitué d’un tressage de fibres végétales et de poils de roussette. Les deux membres inférieurs ainsi que le sexe sont représentés et également tressés. Les membres supérieurs sont manquants. Un petit coquillage rond est attaché sur le front du personnage, représentant le coquillage dolium porté par les chefs.

Bibliographie :
  • "Arts de l'échange en Océanie" 2001, Catalogue d’exposition édité par le Musée de Nouvelle-Calédonie, Nouméa
  • SARASIN Fritz 1929, «Atlas zur Ethnologie der Neu-Caledonier und Loyality-lnsulaner»,  C.W. Kreidel, München
Exposition :
  • "Kanakart" exposition au Pataka Museum and Art Gallery de Porirua en Nouvelle-Zélande, du 26 août au 1er décembre 2007
  • "La vannerie en Province Nord", exposition au Centre Culturel de Koné en partenariat avec la Musée de Nouvelle-Calédonie, du 17 novembre au 14 décembre 2003
  • "Arts de l'échange en Océanie" exposition du Musée de Nouvelle-Calédonie du 7 février au 27 mai 2001
  • "De Jade et de Nacre : Patrimoine Artistique Kanak" exposition au musée de Nouvelle-Calédonie de mars à mai 1990, et au musée national des arts africains et océaniens à Paris, d’octobre 1990 à janvier 1991